Pour bien comprendre l’impact de l’Open Banking sur l’écosystème financier et assurantiel, il faut s’intéresser tout d’abord au phénomène que l’on nomme l’APIsation et à son impact explosif dans le monde du digital. La création de solutions informatiques ouvertes et connectées est de plus en plus privilégiée par les éditeurs, rendant désuètes certaines technologies utilisées historiquement comme le web scrapping dans le secteur de l'agrégation de données bancaires. Focus sur les bénéfices des APIs versus la méthode du web scrapping.

Télécharger le livre blanc : L'analyse bancaire au service de l'assurance et des services financiers
Télécharger le livre blanc : "L'analyse bancaire au service de l'assurance"

C’est quoi une API ?

API est un acronyme anglais pour « Application Programming Interface » que l’on peut traduire par interface de programmation d'application.

Concrètement, les APIs permettent à deux applications A et B de communiquer et d’échanger des informations diverses. Même si elles ne sont pas développées dans les mêmes langages, elles peuvent interagir simplement dans un environnement sécurisé.

En informatique, la règle de base consiste à ne jamais réinventer la roue. Imaginons que je souhaite lancer un nouveau service de livraison à domicile. Au lieu de développer des fonctionnalités déjà existantes et éprouvées sur le marché, je vais connecter à mon application des services déjà fonctionnels: l’API Google Maps pour permettre la géolocalisation, l’API Paylib pour les paiements dématérialisés, l’API de Trustpilot pour collecter les avis clients…

Un gain de temps considérable pour un time-to-market optimisé. Une fois que mon application sera suffisamment connue et utilisée, je pourrais créer mes propres APIs pour proposer à des partenaires d’intégrer mes services au sein de leurs propres applications et développer mes revenus. Voilà toute la force des infrastructures techniques centrées sur l’APIsation du monde digital.

Quelle différence avec le web scrapping ?

Le marché des données bancaires n’est pas nouveau. Les premières start-ups françaises à se positionner sur ce segment se sont lancées en 2010. La technologie utilisée était pourtant bien différente. Aucune règlementation n’imposait aux banques de fournir un accès à ses données. Les sociétés précursives sur le sujet de l’agrégation ont donc construit leur application en utilisant une technique appelée « web scrapping ».

Le web scraping est une pratique qui consiste à extraire les données d’un site ou d’une page web. L’utilisateur sélectionne le type de données à récolter et le scraper scanne le code de la page pour extraire les données souhaitées. Une fois qu’il a recueilli les données brutes, le scraper les restructure pour faciliter leur utilisation ultérieure.

Dans le contexte de l’agrégation bancaire, le web scraping permet au prestataire d’accéder aux données d’un client en utilisant les codes d’accès de son espace personnel. Relativement simple à mettre en œuvre, cette solution apparaît peu sécurisée pour les institutions financières.

Toutefois, en fonction des stratégies définies par les banques traditionnelles et de leur état d’avancement dans le développement de leurs propres APIs, les spécialistes de l’agrégation sont encore contraints d’exploiter le webscrapping pour collecter les données de certains types de compte (épargne par exemple).

L’analyse des données au cœur des développements

Schéma de la solution Gator, les cas d'usage de l'agrégation bancaire au service de l'assurance

Peu à peu, le web scrapping va disparaitre au profit de systèmes entièrement ouverts et connectables. L’enjeu technique ne sera plus l’accès aux données mais plutôt leur interprétation.

Les solutions Open APIs anticipent les usages de demain pour se projeter sur l’analyse fine des données et la création d’algorithmes métiers répondant aux spécificités de tous les secteurs. Le taggage et la catégorisation de données automatique couplés à un puissant algorithme d’intelligence artificielle permettent de scorer chaque individu pour répondre à un besoin précis.

Quels que soient les cas d’usage, une solution d’agrégation bancaire basée sur les APIs s’adapte à vos besoins métier :

  • Agrégation bancaire : vision patrimoniale panoramique, optimisation fiscale, opportunité de placements, gestion budgétaire…
  • Data intelligence : identification (KYC),1 détection des profils à risque, scoring assurantiel, profil d’épargnant…
  • Adaptabilité produit : assurance (professionnels & particuliers), crédit immobilier, prêt, gestion de patrimoine, fidélisation et cashback…

L’agrégation bancaire en Europe et notamment en France a pris du retard. L’Open Banking, encore largement sous-exploité, annonce pourtant une révolution notable dans le secteur financier évidemment mais également dans le secteur assurantiel qui s’en inspire et plus largement dans l’ensemble des secteurs qui cherchent à optimiser le parcours d’achat de leurs clients à l’ère de l’Expérience Client omnicanal.

1KYC - Le terme "KYC" est un acronyme anglophone pour "Know Your Customer" ou connaissance du client, est un processus administratif permettant de vérifier l’identité des clients d’une entreprise. Le terme est très utilisé pour faire référence à la réglementation bancaire qui régit ces activités.