En 2020, les banques et assurances traditionnelles représentaient encore 85% du marché de l’assurance emprunteur. Pourtant, depuis 2010, la législation a évolué dans le sens d’une ouverture du marché à la concurrence. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette ouverture incomplète, notamment la difficulté pour un souscripteur à changer d’assureur. Néanmoins, le recours à l’agrégation bancaire par les assureurs alternatifs ouvre de nouvelles perspectives, aussi bien pour les assurés que pour les acteurs du marché. Dans cet article, découvrez 3 bénéfices de l’agrégation de comptes dans le contexte de l’assurance emprunteur.

Télécharger le cas d'usage : Comment faciliter la délégation d'assurance emprunteur grâce à l'agrégation ?
Télécharger le cas d'usage : Comment faciliter la délégation d'assurance emprunteur grâce à l'agrégation ?

Simplifier le parcours de souscription

Plus de 70% du marché de l’assurance emprunteur concerne les crédits immobiliers. Or, dans le cadre d’un projet immobilier, le client a tendance à considérer la souscription à une assurance emprunteur comme une étape supplémentaire dans une longue suite de démarches.

C’est pourquoi la plupart des souscripteurs optent pour l’assurance proposée par leur banque. Depuis la loi Lagarde de 2010, l’emprunteur peut procéder à une délégation d’assurance, c’est-à-dire souscrire une assurance auprès d’un établissement différent que celui qui lui a accordé le crédit.

Néanmoins, la délégation d’assurance ne représentait en 2020 que 15% du marché. Pour tenter de gagner des parts de marché supplémentaires, les assureurs alternatifs rendent la souscription à leurs services aussi facile que possible :

  • Pour les emprunteurs ne présentant pas de risque particulier, la souscription se fait en ligne en quelques clics
  • Pour les souscripteurs présentant un risque, le recueil des informations doit être simplifié et fluidifié pour générer un minimum d’allers-retours

L’agrégation permet d’accélérer les parcours de souscription à plusieurs niveaux. En donnant accès à ses données bancaires à l’assureur de son choix, le souscripteur lui permet de récolter et traiter automatiquement les informations concernant sa situation financière ainsi que les conditions relatives à son (ou ses) emprunt(s). Grâce au traitement algorithmique des données, l’emprunteur obtient une réponse rapide à sa demande.

Faciliter la substitution d’assurance

Outre la possibilité de choisir une autre assurance emprunteur que celle de sa banque, la loi permet également aux emprunteurs de changer d’assurance par la suite :

  • La loi Hamon permet, depuis 2014, au souscripteur de changer d’assurance emprunteur avant 1 an d’emprunt.
  • L’amendement Bourquin, de 2017, permet de changer d’assurance chaque année, à la date anniversaire de la signature du contrat.

Pour cela, les souscripteurs doivent respecter 3 conditions :

  • Assurer la continuité de la couverture
  • Respecter l’équivalence des garanties
  • Respecter les délais de préavis pour la résiliation du contrat initial

Néanmoins, la substitution d’assurance reste compliquée dans les faits. Pour ne pas perdre leurs assurés, les acteurs traditionnels érigent des obstacles à la substitution. Leurs « tactiques » peuvent être de plusieurs ordres : pointer des garanties considérées comme inférieures à celles du contrat actuel ou encore demander toujours plus de justificatifs au demandeur pour le décourager ou dépasser le délai légal.

Là encore, l’agrégation offre des parades. Elle permet en effet au nouvel assureur de recueillir, sur le compte du demandeur, des données fiables sur les mensualités déjà réglées, le montant restant dû ou encore le taux du prêt. L’usage de ces données réduit le risque d’erreur dans la démarche de substitution (et donc, de refus) et facilite son aboutissement.

Personnaliser l’expérience client

Avec l’ouverture à la concurrence, l’assurance emprunteur ne peut plus être considérée comme un « à-côté » du crédit. Pour gagner des parts de marché, les acteurs disruptifs se distinguent par l’expérience client.

Or, l’agrégation est aussi une solution pour renforcer la connaissance client afin de personnaliser et contextualiser les parcours clients. Fini le temps des parcours pré-établis, désormais les assureurs peuvent proposer des parcours sur-mesure aux souscripteurs.

En s’appuyant sur les données bancaires, ils peuvent :

  • Adapter le montant des mensualités
  • Proposer une date de prélèvement optimale
  • Actualiser les conditions du contrat en fonction des événements de vie

La connaissance client acquise via l’agrégation permet une gestion beaucoup plus fine du risque. C’est donc aussi un moyen pour certains assureurs alternatifs de cibler des profils spécifiques, présentant un risque particulier, et de leur proposer une assurance emprunteur à un tarif inférieur à celui pratiqué par les banques et assurances traditionnels.

Longtemps dominé par les établissements financiers traditionnels, le marché de l’assurance emprunteur s’ouvre progressivement aux assureurs alternatifs. Néanmoins, pour gagner des parts de marché, ces derniers doivent se différencier par une expérience client optimale. Cela passe par des tarifs plus avantageux pour les souscripteurs, des parcours simples et fluides, généralement « full digital », notamment au moment de la souscription et des offres réellement personnalisées et adaptables Pour répondre à ces besoins-clients, la connaissance client est fondamentale. De ce point de vue, l’agrégation joue clairement un rôle facilitateur.