Vous voulez accélérer et fluidifier vos parcours digitaux ?

Que nous soyons client ou prestataire de services financiers, nous voudrions tous des parcours clients simples et sans couture…

… sauf que ce n’est pas si simple.

Les données financières sont sensibles. Leur utilisation est strictement encadrée afin d’éviter les fraudes, le blanchiment ou l’usurpation d’identité.

D’où traditionnellement une phase de collecte et de vérification des documents clients, autrement appelée processus KYC.

Et si on pouvait automatiser et optimiser le KYC ?

On peut…. Vous voulez savoir comment ?

I. Qu’est-ce que le KYC (Know Your Customer) ?

" Dans le secteur financier, le KYC désigne le processus consistant à vérifier l’identité d’un client. "

Disons, par exemple, que vous êtes un organisme de crédit. Monsieur Lambert sollicite un crédit de votre part.

Evidemment, vous êtes ravi qu’il vous fasse confiance. Mais, de votre côté, pouvez-vous lui faire confiance ?

Avant d’examiner plus avant son dossier, vous devez déjà vous assurer que Monsieur Lambert est bien Monsieur Lambert.  Vous avez aussi une obligation de vigilance. Vous devez reporter toute suspicion d’activité illégale (blanchiment d’argent, financement du terrorisme, usurpation d’identité,…) aux autorités de contrôle.

Par conséquent, vous allez demander au client de vous fournir des documents attestant de son identité (pièce d’identité, justificatif de domicile, RIB). Ensuite, ces documents font l’objet d’une vérification poussée pour déterminer s’ils n’ont pas été volés ou falsifiés.

Ce processus KYC est obligatoire et indispensable pour éviter toute dérive. Néanmoins, il est souvent fastidieux et frustrant pour le client et le prestataire. En effet, il nécessite souvent de multiples allers-retours entre le client et le conseiller pour collecter les documents. Et il ralentit le traitement du dossier.

II. Qui est concerné par le KYC ?

Traditionnellement, les obligations relatives au KYC ne concernaient que les banques et les assurances.

Mais l’évolution du secteur financier a incité les régulateurs à élargir les obligations du Know Your Customer à de nombreux acteurs financiers, parmi lesquels :

KYC et agrégation

Tous ces acteurs sont assujettis aux obligations de lutte contre le blanchiment de capitaux et la lutte contre le terrorisme (LCB-FT).

Avec l’entrée en vigueur de la DSP2, qui facilite l’accès d’acteurs tiers aux données bancaires, beaucoup de nouveaux prestataires de services de paiement sont à leur tour concernés par le KYC.

III. Pourquoi le KYC est-il important pour votre entreprise ?

Importance du KYC - connaissance client

1. Vous répondez à une obligation légale

En premier lieu, il faut comprendre que la mise en place d’un processus KYC performant n’est pas une option. C’est une obligation légale.

Les acteurs financiers sont soumis à une double obligation :

  • Une obligation de vigilance contre le blanchiment de capitaux et la financement du terrorisme
  • Une obligation d’information et de mise en garde auprès des investisseurs et des emprunteurs

En France, l’ACPR veille à la bonne application de la réglementation en la matière.

Les acteurs financiers concernés par la LCB-FT qui ne mettraient pas en place une démarche de vérification stricte s’exposent à de lourdes amendes. Les sanctions financières peuvent aller jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Outre ces sanctions, le non-respect des obligations en matière de KYC expose aussi l’entreprise à une dégradation de son image de marque.

2. Vous offrez un service plus sûr à vos utilisateurs

Cependant, le KYC ne doit pas être perçu uniquement comme une contrainte imposée par le régulateur. Pour les acteurs financiers, c’est aussi une façon d’assurer un service plus sûr à tous ses utilisateurs.

En effet, ce processus de vérification exclut du service les fraudeurs, les blanchisseurs d’argent,…

Il réduit ainsi les risques d’utilisation malveillante comme l’usurpation d’identité ou le détournement de compte.

De ce point de vue, le KYC agit comme une protection supplémentaire pour vos clients.

3. Vous améliorez votre connaissance client

Enfin, le KYC est aussi un moyen d’améliorer votre connaissance client.

Dans sa version purement réglementaire, cette connaissance client est assez minimaliste. Il s’agit surtout d’éliminer les zones d’ombre.

C’est d’ailleurs la limite du processus classique de KYC qui consiste à recueillir et vérifier les documents d’identité du client. Il est souvent mal perçu par les clients qui y voient une perte de temps et d’énergie dispensable. De leur côté, ils souhaiteraient des parcours clients plus rapides.

Vous aussi d’ailleurs… « mais, que voulez-vous, c’est la loi, Monsieur Dame, on est bien obligé de vous demander tous ces justificatifs ».

STOP. On rembobine.

Avec l’agrégation bancaire, il est désormais possible de rendre indolore votre processus de KYC. On vous explique comment….

IV. Comment l’agrégation permet-elle d’optimiser votre processus KYC ?

KYC et agrégation

Pour faire simple, le KYC est une démarche de collecte et d’analyse de données. Traditionnellement, la collecte des données se fait manuellement. L’entreprise demande au client de lui adresser les documents nécessaires à son identification. Ensuite, les analyses de documents sont automatisées avec des solutions algorithmiques pour détecter les faux.

Mais la phase de collecte est parfois périlleuse :

  • Certains clients ne comprennent pas pourquoi on leur demande tous ces justificatifs
  • L’envoi d’un mauvais document, une pièce manquante, un document illisible occasionnent des allers-retours entre le conseiller et le client
  • Les clients s’impatientent des délais de traitement

L’agrégation permet aux acteurs financiers de rendre ce processus plus rapide et sans douleur pour le client.

1. Vous automatisez la collecte des données

Avec l’agrégation, vous pouvez automatiser votre KYC en récupérant directement les données bancaires de votre client. Il suffit que le client vous donne accès à ses comptes.

Vous n’avez plus besoin de demander à vos clients de remplir de longs formulaires ou d’envoyer des documents physiques.

2. Vous réduisez le taux d’abandon

La collecte de données décourage les clients les moins patients. Frustrés de ne pas bénéficier d’une expérience plus fluide, des clients potentiels abandonnent régulièrement un processus de souscription.

Non seulement cela affecte votre acquisition client. Mais, en générant de l’insatisfaction, cela impacte aussi votre réputation.

En facilitant et en accélérant la souscription à votre service, vous permettez à vos clients de commencer rapidement à en profiter. Ainsi, vous augmentez les chances de voir vos clients aller au bout du processus de souscription. Et vous générez de la satisfaction grâce à une expérience plus agréable et fluide, impliquant un effort minimal de la part du souscripteur.

3. Vous récupérez des données déjà vérifiées

Les données que vous collectez directement via les banques du client sont déjà vérifiées. En effet, la banque étant elle-même tenue aux obligations KYC, elle a déjà effectué ce travail.

Vous pouvez donc avoir confiance en l’information recueillie via l’agrégation. Vous n’avez plus besoin d’attendre plusieurs jours avant que les données soient vérifiées.

En outre, l’accès aux données bancaires de vos clients vous permet aussi de personnaliser et contextualiser vos offres pour leur procurer une expérience optimale.


Le KYC est une obligation légale pour les acteurs financiers. Cependant, grâce à l’agrégation, vous pouvez faire de votre processus KYC une opportunité plus qu’une contrainte.

Prêt(e) à passer à la vitesse supérieure ?

Découvrez Gator, notre offre de service d’agrégation bancaire à destination des acteurs financiers.