L’entrée en vigueur de la DSP2 (directive européenne sur les services de paiement) marque l’ouverture des données bancaires à de nouveaux acteurs financiers.
Comme nous l’avons souligné dans un précédent article, les agrégateurs de comptes bancaires sont en première ligne pour tirer profit de cette transparence accrue sur les données clients.
Selon toute vraisemblance, les usages classiques de l’agrégation vont se généraliser.
Mais, en parallèle, la démocratisation de l’agrégation de données bancaires favorisera aussi l’émergence de nouvelles pratiques.
Dans cet article, nous vous expliquons en quoi la DSP2 est une sérieuse opportunité pour les acteurs du cashback, du recouvrement et de la comptabilité.
 
 

   

I. Qu’est-ce que l’agrégation de données bancaires ?

 

De manière générale, l’agrégation de données consiste à regrouper et synthétiser des données issues de sources différentes.

Dans le secteur financier, les agrégateurs de comptes rassemblent des données en provenance de différents comptes, dans différents établissements.

Avec l’entrée en vigueur de la DSP2, l’agrégation dispose désormais d’un cadre légal précis.

En effet, la directive favorise l’open banking, c’est-à-dire un plus large accès aux données bancaires pour un certain nombre de tiers autorisés, et notamment les agrégateurs.

Cette ouverture renforce donc différents usages de l’agrégation.

   

 

II. Les usages actuels de l’agrégation de comptes

 

1. Simplifier la gestion budgétaire pour les particuliers

A l’heure actuelle, les agrégateurs de comptes s’adressent essentiellement aux particuliers qui cherchent à simplifier la gestion de leur budget.

Un agrégateur de comptes bancaires permet en effet d’accéder à un tableau de bord centralisant les données de plusieurs comptes de la même banque ou de banques différentes.

Plus besoin donc de se connecter consécutivement à ses espaces personnels, ni de retenir de multiples identifiants et mots de passe pour consulter ses comptes.

Initialement, l’usage des agrégateurs était surtout consultatif et analytique. Ils permettaient de :

  • Visualiser ses dépenses en les classant, par exemple, en plusieurs catégories (logement, loisirs,…)
  • Prévoir son budget en prenant en compte ses différents postes de dépenses
  • Réagir sur son solde en configurant des alertes

Désormais, les usages de l’agrégation destinés aux particuliers s’élargissent. En effet, plusieurs acteurs du marché offrent maintenant la possibilité de réaliser des virements de compte à compte via leur interface.

Toutefois, le business model de l’agrégation bancaire ne fonctionne pas seulement sur les offres aux particuliers. D’autant qu’elle est le plus souvent gratuite.

La DSP2 ouvre aussi de nouvelles perspectives à plusieurs catégories de professionnels. Maintenant que l’accès aux données s’élargit, ces acteurs ne dépendent plus des banques pour recueillir de l’information. Ils peuvent recourir à des agrégateurs agréés pour accéder aux données bancaires de leurs clients et proposer des offres plus attractives.

   

 

III. Les nouveaux usages de l’agrégation bancaire

 

1. Cashback et DSP2

Le cashback est un service qui permet de retirer de l’argent en espèces auprès d’un commerçant lors d’une transaction par carte bancaire.
Concrètement, il consiste à régler par carte bancaire un montant plus élevé que le prix de la marchandise achetée et à recevoir la différence en espèces.
Si cette pratique est courante dans certains pays, notamment anglo-saxons, en France, seul le cashback en ligne était autorisé depuis plus de 10 ans.

Sur le Net, des plateformes comme Poulpéo ou Igraal permettent à leurs utilisateurs d’activer leur cashback et de cumuler de l’argent dans une cagnotte lorsqu’ils réalisent des achats dans une enseigne partenaire.

Jusqu’à maintenant, les clients devaient effectuer leurs achats depuis la plateforme de cashback via une redirection sur les sites marchands ou fournir les preuves d’achats dans les magasins physiques.
L’agrégation simplifie largement la démarche.

Désormais, les pure players du cashback ou les banques disposant d’une offre de cashback pourront comptabiliser les achats faits dans les enseignes affiliées directement depuis le relevé d’opérations des clients.

 

2. Agrégation bancaire et recouvrement

La DSP2 et l’essor d’agrégateurs bancaires agréés devraient aussi avoir un impact sur les méthodes de recouvrement.
En effet, les frais de recouvrement sont un enjeu de taille pour de nombreux acteurs, par exemple dans le retail.

La question qui se pose à eux peut se résumer ainsi : comment augmenter notre taux de recouvrement sans dissuader les clients en difficulté financière de revenir sur notre site ?

Jusqu’ici, les acteurs du recouvrement opéraient un peu « à l’aveugle ». Ils mettaient en place leurs actions sans avoir une vue précise de la situation financière des personnes concernées.

L’accès à des agrégateurs de comptes devrait leur permettre de gagner en connaissance sur ces « mauvais payeurs ».

Grâce à une analyse approfondie des profils, ils pourront initier des actions de recouvrement personnalisées. Par exemple, l’agrégation leur permettra de :

  • Déterminer en amont les chances de recouvrement et les optimiser en analysant le comportement d’achat et le rythme de consommation 
  • Proposer des solutions adaptées au client comme l’échelonnement optimisé ou le paiement à la date offrant les meilleures probabilités de solvabilité

Par conséquent, ces nouveaux usages de l’agrégation auront un double bénéfice. Du point de vue du retailer, ils augmenteront les chances de recouvrement. Mais ils profiteront aussi aux consommateurs en limitant les incidents et en favorisant les comportements vertueux.

 

3. Les cabinets comptables et l’agrégation de données bancaires

L’agrégation de données pourrait aussi impacter fortement les pratiques des cabinets comptables. En effet, le temps où le comptable s’isolait dans son bureau avec une liasse de papiers à traiter semble révolu… ou presque.
Désormais, les données sont majoritairement stockées dans le cloud, à travers les différents outils digitaux utilisés par les clients.

La question, à présent, c’est surtout de savoir comment recueillir, traiter et analyser cette data existante.

Pour cela, les cabinets d’expertise comptable ont besoin d’outils de centralisation des flux, qui agrégeraient les données figurant dans les différents services en ligne de leurs clients.
Depuis une dizaine d’années, les collectivités territoriales ont notamment mis en place des systèmes internes de centralisation des flux. Mais cette pratique est encore assez peu répandue chez les experts-comptables.

L’agrégation de données pourrait changer la donne. Couplée à des outils de business intelligence ou d’informatique décisionnelle, elle pourrait même révolutionner la profession et ouvrir la voie à de nouvelles pratiques fondées sur la smart data et l’analyse prédictive.

Signe de cette évolution, l’agrégateur Gérer mes comptes a été racheté dès 2015 par le réseau d’experts comptables Cerfrance. Par ce biais, les comptables du réseau peuvent récupérer automatiquement les données bancaires de leurs clients entrepreneurs et les conseiller plus efficacement.


En facilitant une pratique légale de l’agrégation bancaire, la DSP2 offre de nouvelles possibilités à de nombreux acteurs du secteur financier. Cashback, recouvrement, expertise comptable bénéficient d’un accès inédit aux données pour remodeler et moderniser leurs usages et leurs offres. A n’en pas douter, d’autres secteurs tireront aussi leur épingle du jeu en imaginant d’autres cas d’usage encore à inventer.


Lisa Puig

Chef de Projet marketing & Communication

En quelques mots ?

Ayant intégré Widmee en 2017, j'assiste aux évolutions digitales du secteur financier, pour lequel Widmee opère en proposant des solutions et services personnalisés.

Contactez moi pour convenir d'un rendez-vous :

  • puig_lisa
  • lisa-puig-33-bordeaux

Nous contacter

Vous avez une question ? Un projet à nous soumettre ? Contactez-nous !

On vous appelle

Une idée innovante ? Vous souhaitez un avis d'expert ?
Parlons-en ensemble !

Plaquette

Téléchargez librement notre plaquette de présentation détaillée en PDF !

Share This